MoiFemmes | Fini la maigreur maladive des mannequins anorexiques : les décrets sont enfin publiés
50822
post-template-default,single,single-post,postid-50822,single-format-standard,qode-core-1.1,ajax_fade,page_not_loaded,,brick-ver-1.11, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Fini la maigreur maladive des mannequins anorexiques : les décrets sont enfin publiés

Il a fallu attendre un an et demi pour que les deux décrets d’applications soient publiés au Journal officiel. En effet, ces lois avaient
été votées en janvier 2016. Cela concerne également les mannequins des autres pays de l’Espace économique européen, c’est à dire les 28 États membres de l’Union européenne, plus la Norvège, l’Islande et la Suisse.
Il s’agit avant tout de prévenir les troubles alimentaires, dans une profession où exhiber sa maigreur est considérée comme un gage de beauté. Les mannequins exerçant en France devront désormais fournir un certificat médical et les journaux, quant à eux, devront signaler les photos retouchées à partir du 1 er octobre prochain.
Le certificat, délivré par la médecine du travail et exigé dès aujourd’hui, sera valable deux ans. Il attestera de la bonne santé du mannequin et d’un indice de masse corporelle supérieur à 18. Les troubles du comportement alimentaires touchent environ 600.000 jeunes et c’est la deuxième cause de mortalité. Cela mettra t-il fin au problèmes d’anorexie et de représentations chez les jeunes filles pour qui la maigreur est une référence en terme de beauté ?
Pour les agences, le vrai problème n’est pas pour autant résolu car elles doivent répondre aux attentes des clients, médias et couturiers qui, s’ils exigent un 32, 34 se tourneront vers des modèles russes ou américains. La vision du corps parfait est subjective mais l’apparition de l’anorexie dans le mannequinat depuis les années 70 et son impact dans la Societe contemporaine laissent penser qu’il faut, toujours et encore, sensibiliser les jeunes filles à la façon dont elles doivent appréhender l’image sexualisée des femmes dans les médias. Il reste bien sûr encore beaucoup à faire.



%d blogueurs aiment cette page :